Etes-vous heureuse en couple?

Deux doigts collés ensemble avec un coeur rouge au centre.
Deux doigts l’un contre l’autre avec un coeur rouge au centre.

Une union même sans manipulateur pervers narcissique peut être catastrophique également. Il est donc important de se poser les bonnes questions, pour que vous Mesdames et vous Messieurs vous soyez heureux dans votre couple.

Les questions à se poser :

Vous sentez-vous valorisée (valorisé) auprès de lui (d’elle)

Un conjoint (1 conjointe)qui vous aime vous respectera vous, votre famille et vos amis. Il (elle) saura reconnaître vos valeurs, votre coeur pur et parlera de vous avec des termes positifs en votre présence comme pendant votre absence.

Vous sentez-vous réellement en sécurité auprès de lui (d’elle) aussi bien physiquement qu’émotionnellement ?

Votre conjoint (votre conjointe) est toujours présent (te) pour vous consoler par des calins et des paroles réconfortantes et ne vous a jamais frappé. Vous êtes donc en sécurité avec lui (elle). Mais s’il vous crie dessus parce que vos larmes ruissellent sur votre visage, même une seule fois ou vous dit méchamment, « je n’aime pas une femme qui pleure » (comme cela m’a été dit) vous n’êtes pas en sécurité émotionnellement. La torture psychologique est aussi grave que les coups. Ne partez pas du principe comme moi que j’étais en sécurité avec mon conjoint parce qu’il ne me frappait pas du tout. Emotionnellement, j’ai été détruite.

Pouvez-vous vous projeter dans le futur avec lui (avec elle) d’une manière sereine en tenant compte du fait qu’il (qu’elle) ne changera pas ?

Si votre conjoint (te) a quelques défauts comme être désordonné (e) ou gère maladroitement son argent, il est toutefois possible de se projeter dans le futur de manière sereine. En revanche, si tous les jours, c’est le bazar ou l’argent part dans les jeux ou autres addictions, c’est une personne immature. Si cette dernière joue avec vos sentiments, elle n’est pas du tout prête à s’engager dans une relation durable.

Si non aux questions précédentes, pourquoi avez-vous peur de quitter votre relation actuelle ?

Il existe plusieurs raisons de vouloir rester auprès d’une relation toxique. Par amour, on n’y croit toujours même avec les preuves « sous le nez » que le couple fonctionne mal. La peur de manquer d’argent, la peur de la solitude, la peur de ne jamais retrouver un autre amour, la peur de perdre des amis, la peur de ne jamais revoir ses enfants… Souvent c’est la peur qui nous empêche de passer à l’action.

Si je m’étais posée ces questions avant de me marier et pendant le mariage avec le conjoint manipulateur pervers narcissique, j’aurais pris conscience rapidement qu’il fallait quitter le « nid conjugual ».

Mes réponses aux questions.

Je vous partage les réponses aux questions ci-dessus lorsque j’étais encore mariée au conjoint manipulateur pervers narcissique.

Les deux premières années, tout se passait bien dans le couple. Mais lorsque « Pierre » (du livre la victoire de Clarine sur le manipulateur pervers narcissique) est revenu d’un voyage de son pays, il n’était plus le même. A partir de ce moment-là, je n’étais qu’à ses yeux « la bonne à tout faire », je m’exprimais mal, j’étais ingrate. Il ne respectait pas mon sommeil en faisant du bruit dans la chambre. Je me suis sentie complètement dévalorisée et pourtant pleine d’espoir que les choses s’arrangent entre lui et moi. Devant les autres en ma présence, il parlait de moi en très bons termes mais quand nous étions tous les deux, je me faisais dénigrer.

« Pierre » n’a jamais levé la main sur moi. Mais en revanche, il provoquait des situations où les émotions pouvaient changer en quelques minutes. L’ascenseur émotionnel…..Je ne devais pas pleurer, ni me plaindre, ni discuter d’un sujet embarrassant avec lui. Tout ceci a duré quatre ans.

Heureusement, « Pierre »‘ m’a quittée. Effectivement, il était impensable de continuer à vivre avec lui en raison de la torture mentale subie et de son immaturité. C’était moi qui gérais l’argent et difficilement car chaque mois, une partie de mes ressources partait pour sa famille.

Je ne voulais pas quitter « Pierre » car tout mon être intérieur refusait de vivre toute seule. Oui, avec du recul, je peux dire que maintenant, la solitude me faisait peur et j’étais prête à sacrifier ma vie pour être accompagnée.

J’espère de tout coeur, que vous prendrez rapidement conscience de votre relation sentimentale. Qu’elle soit saine ou toxique, il est toujours bon de prendre la température de son couple.

Bonne continuation. Débora De Nicolle.

Partage

Si vous le désirez, vous pouvez partager vos réponses avec moi à l’adresse mail contact@debora-denicolle.fr.

Aucune réponse ne sera publiée sur mon site internet.

Le prochain article de la semaine prochaine parlera de « La relation toxique ou saine » avec sur demande par mail le test.

Débora De Nicolle Votre victoire est au bout du chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*