La dépendance affective.

un coeur rouge attaché à une corde. Image de Congerdesign Pixabay.

Définition

La dépendance affective est un attachement exagéré à un conjoint, dû à une détresse émotionnelle (Blessure d’abandon, manque de sécurité intérieure) et à une très mauvaise estime de nous-mêmes.

Les signes d’une dépendance affective.

Ils sont nombreux et empêchent une relation sentimentale saine à se développer dans l’épanouissement.

  • Besoin constant et extrême d’affection de la part du conjoint pour combler notre vide intérieur.
  • Attachement démesuré au partenaire entraînant jalousie et disputes.
  • Peur extrême d’être abandonnée par notre conjoint.
  • Choix de partenaires compliqués à répétition pour combler notre manque d’affection. (Manipulateur pervers narcissique, égocentrique, violent physiquement et psychologiquement, dominant).  
  • Refus de rompre même s’il y a maltraitance psychologique et/ou physique pour éviter la solitude.
  • Très mauvaise estime de nous-mêmes entraînant l’irrespect de nos partenaires et leur retour systématique.
  • Peur de l’avenir et de l’inconnu difficilement contrôlable.
  • Sentiment de culpabilité si nous ne sommes pas complètement soumis au conjoint.
  • Soumission obsessionnelle dans le but de prolonger la relation sentimentale.
  • Acceptation de l’éloignement de notre travail, de nos amis et de nos familles pour ne dépendre que de celui que nous croyons aimer.
  • Très grande anxiété gérant nos décisions.
  • Grosses difficultés à prendre le pouvoir sur notre propre vie.

Il n’est pas nécessaire d’avoir tous ses troubles pour diagnostiquer une dépendance affective. Les signes indiscutables sont souvent la peur d’être abandonnée et une très mauvaise estime de nous-mêmes.

Les causes d’une dépendance affective.

La cause principale de la dépendance affective est le manque d’estime de soi durant l’enfance.

En effet, lorsqu’un enfant comprend qu’il est aimé s’il est sage, s’il est obéissant et qu’il ne créé aucun conflit, il se comporte de manière « parfaite » pour recevoir l’amour de ses parents et des personnes importantes pour lui.

Si l’enfant essaie d’imposer ses idées, rapidement, son entourage lui ordonnera sévèrement de se taire. Ce qui provoque le repli sur lui-même.

La dépendance affective s’aggrave durant l’adolescence et une fois adulte, ce dernier se comportera de la même façon pour être certain d’être aimé et apprécié des nouvelles rencontres.

C’est la raison pour laquelle, le dépendant affectif a toujours besoin d’un adulte pour l’accompagner afin de toujours se sentir rassuré.  

Conséquences de la dépendance affective.

La dépendance affective entraîne beaucoup de conséquences sur notre propre vie. Nous avons des attentes surréalistes vis-à-vis de notre partenaire. Il est donc important de prendre rapidement conscience de notre maladie émotionnelle.

  • Des échecs sentimentaux à répétition.
  • Incapacité à supporter la solitude.
  • Incapacité à nous prendre en charge.
  • Peur de prendre la responsabilité sur notre vie, nos émotions et nos projets.
  • Nous sommes souvent déprimées ou dépressives.
  • Être persuadée que chaque relation sentimentale est vouée à l’échec.
  • Laisser le pouvoir sur notre vie aux autres d’où la manipulation et l’emprise.
  • La victimisation est notre lot quotidien.
  • Le refus de voir notre dépendance affective.
  • Notre estime personnelle dépend uniquement des autres.
  • Nos besoins psychologiques et émotionnels sont mis de côté au profit des besoins du partenaire.

Les 5 phases de la dépendance émotionnelle.

La phase d’enthousiasme.

Nous venons de rencontrer « Le prince charmant » à nos yeux. Tout ce qu’il dit, ce qu’il fait est parfait. Enfin, nous pouvons songer à l’avenir en toute sérénité. Toutefois, notre première attente est que notre partenaire comble notre vide intérieur qui bien sûr est impossible de satisfaire.

La phase de soumission.

En tant que dépendante affective, nous décidons d’accepter de la part de notre conjoint, des phrases de dénigrement, des insultes, de la manipulation… Mais qu’importe, nous l’aimons et il comble notre solitude.

La dégradation du couple.

Puis le couple se dégrade de plus en plus. Les désaccords et la manipulation augmentent de plus en plus. La dépendance affective est à son comble avec l’anxiété. Nous souffrons de jalousie, de peur d’être abandonnées à tort ou à raison.

La rupture.

Le couple fatigué se sépare. Nous finissons par nous dire que chaque relation que nous avons se termine toujours mal. L’abandon que nous craignant tant s’est réalisé. Nous sommes à nouveau seules.

Une nouvelle relation.

A ce moment précis, nous décidons de repartir dans une nouvelle aventure sentimentale avec le même schéma de dépendance affective. Une nouvelle rencontre avec un être toxique à ce stade est toujours possible. Mais combien de temps va durer cette union si aucun travail psychologique ne se fait ?

Conseils pour sortir de la dépendance affective.

Admettre que nous sommes dépendantes affectivement.

Commençons à évaluer notre niveau de dépendance en listant les signes. Si nous considérons « l’autre » comme parfait et si la peur d’abandon est forte en nous, nous vivons dans l’attachement émotionnel démesuré.  Admettons-le sans culpabilité. Plus rapidement nous admettons que nous sommes soumises dans une relation, plus il nous sera facile de nous soigner.

La décision de rompre.

Lorsque nous constatons notre idolâtrie envers notre conjoint, son emprise et sa manipulation sur nous, il est indispensable de prendre la décision de cesser toute relation afin de pouvoir mieux nous libérer de l’attachement émotionnel et de nous préparer un avenir sentimental sain.

Renforcer notre estime de nous-mêmes.

C’est la condition sine qua nun pour nous libérer de la dépendance affective. Nous rappeler tout ce que nous avons été capables de surmonter, de réussir dans notre vie passée en listant nos forces, nos talents et admettre nos faiblesses car chaque être humain a des faiblesses tout comme nous.

Demandons de l’aide aux professionnels d’écoute.

Il est difficile voire impossible de nous libérer de la dépendance affective seules. Aussi n’ayons aucune honte à demander de l’aide aux professionnels d’écoute. Généralement, une thérapie nous sera proposée pour nous apprendre à gérer la blessure d’abandon et d’autres blessures d’enfance non cicatrisées. A nous d’accepter pour vivre une vie sans attachement émotionnel.

Arrêter tous les contacts avec la relation toxique.

Pour obtenir une réussite thérapeutique sur cette maladie mentale, il est primordial de couper tous les contacts avec la relation toxique en supprimant les numéros de téléphone, les réseaux sociaux, les mails et en refusant toute visite. Refusons également de rester amis et de chercher des excuses pour l’appeler pour éviter que le piège se referme sur nous.

Accepter la solitude.

C’est un passage obligé pour nous retrouver avec nous-mêmes. Comblons notre solitude par des choses que nous aimons faire telles que la cuisine, visiter notre famille, nos amis, nous promener avec nos enfants. En cas d’angoisses ou de pensées récurrentes, nous tourner vers un médecin en complément d’un thérapeute peut nous être d’un grand secours.

Les moyens de relaxation.

Divers moyens de relaxation existent tels que la méditation, le sport, la musique, le chant. A nous de trouver celui qui nous convient parfaitement.

Conlusion

La dépendance affective nous empêche de vivre le véritable amour qui se respecte puisqu’elle nous conduit vers des relations vouées d’avance à l’échec. D’où l’importance de nous soigner pour en sortir rapidement en prenant le pouvoir sur notre vie, en augmentant l’estime de nous-mêmes afin de vivre dans le respect réciproque.

Débora De Nicolle, créatrice de deux méthodes : le pardon et l’estime de soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*