Sortir de la victimisation

Un poignet se libère d’une menote sur un fond de ciel bleu et blanc.
Image de Lechenie-Narkomanii Pixabay

 Définition d’une victime

Une victime est une personne qui doit faire face à des désagréments de la part d’une ou plusieurs personnes sur les plans émotionnel, psychologique et physique. Il peut s’agir également de tensions dans sa vie professionnelle ou des escroqueries financières à son encontre. Dans tous les cas, elle se plaint à qui de droit pour que justice soit faite à son égard et à la hauteur du ou des préjudices subis.

C’est notre cas qui avons rencontré un manipulateur pervers narcissique ou une personne toxique. Notre être intérieur a été broyé. Nous sommes donc réellement une victime.

Définition de la victimisation

« Si ce n’est jamais de notre faute, nous ne pouvons en assumer la responsabilité. Si nous ne pouvons pas en assumer la responsabilité, nous en serons toujours la victime. ( Richard Bach )

L’apitoiement sur soi est de loin le plus destructeur des stupéfiants non pharmaceutiques ; il crée une dépendance, procure un plaisir momentané et sépare la victime de la réalité. (John W. Gardner)

 La mentalité de « victime » ou la victimisation correspond à une personne qui se plaint en permanence sans savoir remarquer le côté positif et les petits bonheurs simples à vivre. Elle préfère penser et proclamer que le monde entier lui en veut et est convaincue de la malchance. Ainsi, elle s’apitoie sur son sort et réclame sans cesse de l’aide auprès de son entourage car pour elle la vie est trop difficile à assumer toute seule.

Dans notre cas, nous préférons (souvent inconsciemment) de continuer à en vouloir au manipulateur pervers narcissique pour éviter de prendre la responsabilité de ce qui s’est passé dans notre vie. Pourtant, quoi que nous pensons, nous sommes bien co-responsables de la situation que nous avons vécue (ou vivons encore) dans la relation toxique.

Les avantages de la victimisation.

  • Notre état de victimisation généralement inconscient nous accorde des avantages. En voici quelques exemples :
  • Dès que nous pleurons ou nous plaignons, nous avons toujours une oreille attentive et consolatrice à nos côtés. Mais pourquoi combien de temps ?
  • En étant souvent dans cet état, certaines personnes préfèrent assumer à notre place nos responsabilités que nous esquivons.  
  • Nous passons notre temps à appeler nos amis pour raconter tout ce qui va mal dans notre vie.
  • Notre famille, nos amis devant notre tristesse nous infantilisent.
  • En nous portant victime, nous pouvons obtenir ce que nous voulons.
  • Notre entourage nous donne raison et nous pouvons continuer à être triste avec leur accord.

Les signes d’une victimisation

  • Nous pleurons dès que nous nous sentons rejetées et abandonnées.
  • Nous accusons les autres dès qu’ils ne peuvent pas ou ne veulent plus s’occuper de nous.
  • Dès un « petit problème » survient, nous harcelons notre entourage d’appels au secours.
  • Nous menaçons de mettre fin à nos jours si nous n’obtenons pas gain de causes.
  • Nous exigeons de l’autre que nos besoins soient comblés impérativement en premier.
  • Nous reprochons à notre conjoint qu’il ne s’occupe pas de nous.
  • Nous réagissons comme des enfants dès que nous n’obtenons pas ce que nous désirons.
  • Nous ne voyons aucun avenir dans tous les domaines de notre vie.
  • Nous sommes incapables de voir autre chose que des problèmes.
  • Nous sommes persuadées que nous sommes seules à avoir rencontré un MPN.
  • Nous critiquons ceux qui à nos yeux réussissent.
  • Nous sommes persuadées que la Vie est contre nous et que rien ne va s’arranger.
  • Nous rejetons les personnes qui osent nous demander de sortir de la victimisation.
  • La peur domine notre vie.
  • Nous pensons que les gens autour de nous sont la source de tous nos maux.
  • Même si nous vivons un bel événement, nous préférons rester triste.
  • Nous refusons d’écouter d’autres points de vue car personne ne connaît nos souffrances.
  • Nous nous sentons complètement dépassées par les soucis de la vie.
  • Nous sommes convaincues que rien n’est de notre faute dans notre vie.
  • Les souvenirs de notre passé avec le MPN nous rattrapent.
  • Nous attirons des gens qui aiment se porter « en victimes. »

Comment sortir de la victimisation

Vouloir en sortir

Cela nous fait sourire et pourtant pour sortir de la victimisation, nous devons VOULOIR EN SORTIR. Sinon, rien ne pourra se faire. Commençons à lister les avantages qui nous font rester dans la mentalité de « victime ». ensuite, admettons que nous en souffrons.

Nous reprendre en main.

A nous de choisir de quelle manière nous désirons reprendre « notre mentalité de victime», soit par nous-mêmes, soit avec l’aide d’un thérapeute ou un coach.

Changeons notre regard sur les situations néfastes à nos yeux.

Si nous sommes « victimes de la vie » à nos yeux qu’importent les raisons, nous avons certainement les moyens de changer les situations qui nous portent préjudice. Aussi, listons-les et réfléchissons calmement à ce que nous apprenons et ce que nous pouvons faire pour reprendre les rênes de notre vie.

Souvenons-nous que la vie est un ensemble de plaisirs et de galères

Dans notre mentalité de « victime », nous oublions très facilement que ce nous vivons, d’autres le subissent également. Certaines personnes souffrent sans rien dire. En effet, la Vie est un ensemble de réussites et d’échecs qui nous permettent d’évoluer. Si nous refusons les épreuves, jamais nous n’évoluerons.

Changeons notre façon de parler.

Nous accusons sans cesse les autres, le monde, la Vie pour tous les malheurs de notre vie et nous nous répétons sans cesse : « Je n’ai pas de chance » Comme par hasard, nous trouvons toujours une personne pour confirmer notre malchance.

Arrêtons immédiatement de blâmer les autres. En effet, plus nous nous plaindrons en paroles, plus nous développons du négatif, plus la Vie nous enverra des épreuves.

Lorsque nous commençons à nous plaindre, arrêtons-nous et dessinons sur une feuille blanche un point noir représentant le problème. Puis remplissons tout autour de celui-ci, tout ce qui va bien dans notre vie. Ce travail change bien notre façon de voir notre vie de soi-disant de misère.

Changeons notre façon de penser

Chaque jour et dès que nous le pouvons, proclamons des phrases qui nous font comprendre le sens de notre vie.

Voici quelques exemples :

Abraham Lincoln : vous ne pouvez échapper à la responsabilité de demain en vous dérobant à celle d’aujourd’hui.

Katherine Pancol : retiens ceci, on est seul responsable de sa vie. Il ne faut blâmer personne de ses erreurs. On est soi-même l’artisan de son bonheur et on en est parfois aussi le principal obstacle.

Christiane Singer : en prenant dans notre responsabilité ce que nous vivons, ce que nous faisons, ce que nous disons, nous avançons sur un chemin de paix.

Rava Bakou : on devient adulte, responsable et indépendant le jour où on cesse de chercher des coupables à ses problèmes pour trouver des solutions.

Pardonnons-nous.

En prenant conscience que nous vivons dans la victimisation, nous culpabilisons à l’idée que nous avons porté préjudice à notre entourage par nos exigences et nos plaintes. Apprenons à nous pardonner puis pardonner aux autres. Nous étions dans l’inconscience. Maintenant, que nous avons évolué, nous devons nous promettre d’être sympathiques avec nous-mêmes pour commencer une nouvelle vie.

Assumons nos responsabilités.

Il est important de savoir ce que nous voulons exactement pour notre vie, de connaître nos besoins pour continuer d’évoluer vers une personnalité de responsable.

Inscrivons toutes les étapes sur un cahier pour atteindre nos objectifs sans aucune attente des autres. Si certaines personnes veulent nous aider, tant mieux. Sinon la Vie saura nous mettre sur notre route des personnes prêtes à nous soutenir.

Conclusion

Sortir de la victimisation est un travail de longue haleine car nous devons sortir des schémas de comportements inconscients acquis durant notre enfance et même dans notre vie d’adulte.

Si la tâche nous paraît difficile, nous pouvons nous faire aider par un professionnel qui saura nous éclairer sur notre mentalité de « victime ».

Débora De Nicolle, auteur du livre « La victoire de Clarine sur le manipulateur pervers narcissique ». Chaîne You Tube : https://www.youtube.com/channel/UCQmaRLMGiYIrSTbJ4H6mfSQ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*