Les ressemblances émotionnelles du manipulateur pervers narcissique (MPN) et la victime.


Un masque et une femme triste avec au centre le signe égal. Images de Janif 93 et Open Clipart Vectors Pixabay.

Cet article décrit les ressemblances psychologiques entre le manipulateur pervers narcissique et sa victime. Il ne s’agit pas de culpabiliser la proie du persécuteur mais de comprendre les raisons qui ont provoqué cette rencontre.

Leurs ressemblances psychologiques.

La victime Le MPN
   
L’estime et confiance en soi. L’estime et confiance en soi.
Elle a une faible estime d’elle-même. Il a une faible estime de lui-même.
Elle a peu confiance en elle-même ou pas du tout. Il manque de confiance en lui mais fait croire l’inverse.
Elle a peur de l’abandon, du rejet et de la solitude. Il a peur de l’abandon, du rejet et de la solitude.
Elle ne se sent pas en sécurité dans la solitude. Il déteste la solitude car il meurt à petit feu.
   
Dépendance affective Dépendance affective
Elle est jalouse maladivement. Il est jaloux de son propre fils et des enfants de son épouse.
  Il est jaloux dès qu’un homme parle à son épouse.
Elle dépend de son époux émotionnellement et psychologiquement. Il vampirise l’énergie psychologique et émotionnelle de sa conjointe.
Elle installe son mari dans une zone de confort pour ne pas le perdre. Il certifie à son épouse que sans elle, elle n’est plus rien et réciproquement.
Elle est dépendante affectivement de son conjoint. Il est dépendant affectivement pour se nourrir et renforce celle de sa conjointe.
   
Vidé émotionnel et anxiété Vide émotionnel et anxiété
Elle préfère être dans le déni plutôt que d’affronter son conjoint. Il est dans le déni de la réalité.
Elle souffre parfois de stress. Il ou souffre d’anxiété profonde,
Elle est dans la victimisation de peur d’être seule dans la vie. Il inverse les rôles et se fait passer pour la victime
Elle souffre d’un vide émotionnel important. Il souffre d’un vide émotionnel sans fond.

Comment se sont créées ces similitudes ?  

Durant leur enfance, la victime et le MPN ont souffert d’un vide émotionnel dû à une maman peu présente voire pas du tout. Soit la maman était trop occupée et l’enfant s’est retrouvé seul avec lui-même, soit elle l’a abandonné ou était déstabilisée psychologiquement pour assumer son rôle de mère.

Il arrive également que la maman mette sur un piédestal sa progéniture d’où une fusion exceptionnelle. Si la première décède, le second subit un véritable déchirement émotionnel.

Ainsi, la victime et le bourreau ont vécu une séparation violente avec leur mère durant leur enfance provoquant une sécurité intérieure quasiment nulle d’où le vide émotionnel, la peur de l’abandon et de la solitude.

Par conséquent, les deux antagonistes vivent dans des souffrances suite aux blessures de l’enfance et vont donc rechercher à combler cet énorme vide émotionnel dans des relations sentimentales et amicales éphémères. Qu’importe. L’important pour eux est de ne plus souffrir de ce manque si angoissant.

La victime et le MPN ont pu vivre également un sentiment de rejet, de trahison voire d’humiliation de la part de leur mère. Ils ont géré comme ils ont pu au fil des années tout en gardant le souvenir précis et violent de ces blessures. Là aussi, ils cherchent tous les deux à combler leur mauvaise image respective par des personnes qui les admirent. Leur besoin de reconnaissance de la part de l’entourage est immense.

Tous deux souffrant d’une anxiété jouent très souvent à la victime. Ils recherchent tout simplement le droit d’être aimés et valorisés puisque personne dans leur enfance n’a daigné subvenir à leurs besoins émotionnels et psychologiques. En effet, ils ont été bafoués.

Le rôle de la maman dans la vie de l’enfant est primordial dans les premières années par sa présence physique mais aussi par son amour. Visiblement, le MPN et sa proie ont souffert de ce manque intensément mais n’ont jamais cherché à soigner thérapeutiquement leur vide émotionnel, ni admis que ce dernier existait.

Qu’entraînent tous ces manquements chez la victime et le MPN ?

Ces manquements vont entraîner des fragilités émotionnelles renforcés par des problèmes d’affirmation et de confiance en soi chez les deux acteurs de la relation.

La victime de peur de revivre le traumatisme du passé, accepte l’inacceptable provoqué par le MPN sans imposer de limites ni rebellion dans cette union. Quant au MPN, il dépasse les bornes pour faire le mal sur sa proie mais a besoin d’elle pour vampiriser son énergie afin de renforcer son égocentrisme.  

Autrement dit, les deux s’attirent comme des aimants persuadés de calmer par leur présence respective, leur vide intérieur. Mais dès que la personne aimée s’éloignera, l’autre se sentira abandonné et va se créer des angoisses ingérables en raison d’un manque de sécurité intérieure exacerbé.

 D’où le désespoir de la victime dès qu’elle ressent l’angoisse d’une rupture odieusement orchestrée par le MPN. C’est ainsi que la dépendance affective se construit. .

Pourquoi retrouvons-nous ces similitudes ?

 Nous l’avons vu ci-dessus, le MPN et la victime ont subi des traumatismes dans leur vie passée. Mais les similitudes ne s’arrêtent pas là.

Apparemment, tous les deux refusent de prendre en compte sérieusement leur mal-être émotionnel. Ils font tout pour éviter les douleurs psychologiques insupportables pour eux.

Ils décident donc de souffrir en couple plutôt que de vivre dans la solitude qui est pour eux un supplice émotionnel insurmontable. Si la victime fait de son mieux pour « vivre avec » en décidant de rendre heureux celui qu’elle ressent malheureux, le persécuteur utilise les souffrances du passé pour détruire sa proie.  

Les rôles joués dans la vie de l’autre.

La victime.

La victime est heureuse de cette rencontre pour plusieurs raisons.

 Enfin, elle a trouvé un conjoint aimant qui veille sur elle en étant à l’écoute de ses besoins. Enfin, elle a quelqu’un à aimer et à sauver.

Mais elle le fait au détriment de ses propres besoins. Elle veut donner beaucoup d’amour à son conjoint. Il l’accepte mais malheureusement c’est un besoin d’amour excessif. Ce qui finit par épuiser la victime.

Le manipulateur pervers narcissique.

Le MPN a ressenti que la victime a besoin d’amour et de reconnaissance pour renflouer son image d’elle-même. Elle traverse à un moment précis de sa vie, une épreuve et son moral est au plus bas. Il est donc présent dans sa vie pour lui remonter le moral et l’aider à augmenter son estime d’elle-même. Du moins, c’est ce qui lui fait croire.

Mais il est surtout à ses côtés pour appuyer là où ça fait mal et pour lui faire prendre conscience qu’elle doit d’abord s’aimer en apprenant à reconnaître sa propre valeur sans attendre de son conjoint et de son entourage de remplir son besoin de reconnaissance et d’amour. Sinon, les souffrances seront son lot quotidien.

Les questions à se poser pour éviter une rencontre avec un MPN.

Il est primordial de nous poser des questions afin de savoir où nous en sommes avec nos émotions afin d’éviter de rencontrer un MPN.

  • Sommes-nous dans une période de séparation ou de divorce lorsque nous rencontrons à nouveau quelqu’un ?

En effet, le MPN flaire les personnes qui possèdent beaucoup de valeurs comme l’empathie mais qui traversent une épreuve difficile et donc qui sont à ses yeux une âme en peine à consoler. D’où le prince charmant qui vient sauver sa belle.

  • La solitude est-elle angoissante pour nous ?

Si nous subissons la solitude comme un abandon angoissant lorsque la personne s’éloigne de nous, c’est que nous souffrons d’une blessure d’abandon et de rejet non cicatrisée. Cette non-cicatrisation attire beaucoup le MPN qui va nous faire croire qu’il va nous guérir alors qu’il va réouvrir cette cicatrice en appuyant exagérément fort sur celle-ci.

  • Avons-nous un besoin de reconnaissance fort de la part des autres ?

Si nous avons besoin d’être reconnues par notre entourage professionnel et privé dans tout ce que nous faisons, nous dépendons du regard des autres. Ce qui est regrettable. Car en laissant le pouvoir aux autres sur notre vie, nous laissons des personnes toxiques telles que le MPN agir sur nous avec notre accord inconsciemment. Apprendre à être fière de nous par nous-mêmes sans exagération est le début du respect envers notre personne.

  • Avons-nous une mauvaise estime de soi ?

Si nous nous dévalorisons sans cesse et nous dénigrons notre travail par nos paroles, nous rencontrerons un MPN qui renforcera notre mauvaise estime de soi en nous dénigrant par des phrases assassines. Pour l’éviter, relever notre estime de soi d’abord à nos yeux est primordial. Dans le cas contraire, le MPN nous choisira car lui également possède une mauvaise estime de soi.

  • Sommes-nous dépendantes affectivement ?

Choisir de vivre des relations sentimentales éphémères successives pour combler la solitude indique une dépendance affective profonde. Être dans l’angoisse de perdre son amoureux parce que nous recevons aucun appel de lui dans la journée, c’est une dépendance affective également. Dans ce cas précis, la rencontre avec le MPN est dangereuse car il jouera avec nous et nos émotions en sachant que nous sommes véritablement « attachées » à lui avec une peur de le perdre. Du coup, il jouira de son pouvoir.

Conclusion :

Répondre à ces questions très sincèrement est déjà un grand pas vers une indépendance affective et bannir la rencontre avec le MPN.

Toutefois, nous faire aider pour nous libérer émotionnellement soit pour avoir subi un traumatisme avec le MPN ou nous protéger d’une rencontre toxique doit être une priorité en nous adressant à un thérapeute, un psychiatre ou un coach.

Débora De Nicolle, auteur du livre « La victoire de Clarine sur le manipulateur pervers narcissique ». Chaîne You Tube Débora De Nicolle https://www.youtube.com/channel/UCQmaRLMGiYIrSTbJ4H6mfSQ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*