Les comportements de la victime du manipulateur pervers narcissique (MPN) à adopter face à l’incrédulité de son entourage.

Tableau de couleur vert avec contour marron sur fond noir. Une femme triste et le titre de l’article écrit en blanc. Images de Fotorech et Open Clipart Vectors de Pixabay.

Nous avons décrit dans l’article précédent (L’entourage ne croit pas au manipulateur pervers narcissique), les raisons des proches qui repoussent l’idée de l’existence de l’être toxique et l’importance pour la victime que ses relations l’a croient. Nous allons nous interroger maintenant sur le comportement de la proie à tenir face à l’incrédulité de sa famille et de ses amis.

Un soutien moral absent.

Il est logique pour celle qui souffre, d’attendre du soutien moral de la part de son cercle familial et amical après une rupture avec le MPN. Mais voici la conduite à suivre si toutefois, nous sommes confrontées à leur incrédulité.

Nous protéger.

Avant même de réclamer une aide quelconque ou de chercher à convaincre la famille, la priorité est de nous mettre à l’abri en contactant une assistante sociale, un avocat pour une procédure de divorce et la garde des enfants et les forces de l’ordre pour porter plainte si nécessaire.

A ce moment précis, tous les contacts de près ou de loin doivent être coupés avec le MPN et ceux qui soutiennent d’un peu trop près le conjoint venimeux.

Nous occuper de nos enfants et de nous-mêmes.

Il est primordial également de nous occuper de notre santé physique et psychologique et celle de l’ensemble du foyer en nous adressant à un médecin, (Autre que le médecin traitant) et un psychologue ou un thérapeute.

En effet, nous avons été détruites émotionnellement et les enfants ont ou vont forcément en pâtir.

Seule contre tous.

Pour nous préparer face aux rejets et aux critiques de notre entourage, il est indispensable de renforcer notre système émotionnel, de réapprendre à nous aimer, de sourire à la vie et de répéter des phrases fortifiantes.Voici quelques pistes à étudier.

Nous renforcer émotionnellement.

  • Sortir de la victimisation en reprenant sa vie en main et en cessant de nous plaindre de l’entourage qui refuse de nous croire. Non seulement, nous n’avançons pas vers l’avenir mais nous restons attachées au passé occasionnant une possible rencontre avec un nouveau MPN. (manipulateur pervers narcissique).
  • Accepter la situation de conflit familial et amical mais sans rentrer dans le jeu de jugements. Sinon, de nouvelles émotions telles que la colère et le chagrin vont surgir qui nous feront perdre notre énergie et notre temps.
  • Pour gérer les pleurs et toute autre émotion difficile, nous concentrer sur notre respiration en inspirant bien à fond par le nez puis souffler par la bouche tout doucement plusieurs fois jusqu’au retour du calme.
  • En cas de tristesse, nous parler doucement comme pour consoler une amie en détresse. Sauf que là, c’est notre cœur que nous devons apaiser.
  • Si nous désirons pleurer et crier, nous devons le faire. Car nous empêcher d’extérioriser nos émotions entraîne une bombe à retardement qui explosera tôt ou tard. Mais veillons à sortir rapidement de cet état car ce dernier peut se transformer en déprime voire une dépression.
  • Pour évacuer colère et tristesse, écrire une lettre à soi-même ou à la personne blessante.  Mais ATTENTION, NE PAS ENVOYER LA LETTRE. La lire puis la déchirer ou la brûler. L’écriture est libératrice, ne nous privons pas de ce moyen.
  • Pour dépasser les conflits intérieurs qui nous handicapent, mieux vaut consulter un thérapeute ou un coach avec pour objectif « Dépasser le conflit avec la famille émotionnellement. »

Réapprendre à nous aimer par 3 listes.

En créant un dossier qui nous révèle ce qu’il y a de meilleur en nous, notre cerveau va s’habituer au positif de notre vie même dans les moments difficiles. A vos stylos !

  • Noter toutes nos qualités comme l’empathie, notre hypersensibilité, nos réussites et nos compétences. Puis sur une autre feuille, y ajouter nos défauts, afin d’aimer nos deux personnalités.
  • Décrire notre corps (yeux pour voir, oreilles pour entendre, bras et mains pour porter, jambes, pieds et colonne vertébrale pour soutenir notre poids, la couleur des cheveux et des yeux, le cerveau pour comprendre et penser). Puis rajouter les imperfections physiques et apprendre à les accepter. De cette manière, nous verrons une autre image de nous-mêmes.
  •  Inscrire le bonheur d’être célibataire, d’avoir des enfants ou non, une activité, un logement, des amis, des meubles, une voiture, de payer les factures…En effet, plutôt que de nous plaindre, aimons ce que nous possédons.

Lire chaque jour ou plusieurs fois par jour nos listes nous permet d’apprécier notre personnalité.

Sourire à la Vie.

Proverbe chinois : « Sourire trois fois tous les jours rend inutile tout médicament. »

  • Remercier la Vie du confort que nous possédons (Rien n’est acquis) : nourriture, eau, électricité, chauffage, Internet et ordinateur, le téléphone portable ainsi que les personnes qui contribuent à notre confort et celles qui nous soutiennent : l’assistante sociale, l’avocat, la Police…
  • Regarder des programmes qui nous font rire. (Jeux TV, séries télévisées, dessins animés, téléfilms, films…)
  • Nous réinventer une vie par la couture, le tricot, le dessin, la peinture, le bricolage, la cuisine, le chant, la musique, le sport…

En souriant à la vie, nous nous attirons des personnes de même nature que nous.

Répéter des phrases fortifiantes.

Plusieurs fois dans la journée, répéter des phrases fortifiantes permet de calmer le cerveau. Nous pouvons choisir des phrases créées par nous-mêmes, des citations de personnalités connues ou inconnues, des phrases que j’ai écrites dans mon livre et des versets bibliques selon nos convictions.

C’est seulement une fois que nous sommes capables de gérer nos émotions par les différentes actions décrites ci-dessus que nous allons pouvoir comprendre les incompréhensions de notre entourage.

Aider notre entourage sans le juger.

Comprendre l’incrédulité de nos relations.

Pour nous aider à surmonter le scepticisme de nos relations, nous pouvons apprendre à discerner ce qui les troublent en appliquant quelques consignes ci-dessous :

  • Inutile de chercher à les convaincre, c’est une perte de temps et d’énergie. Plus nous insisterons pour obtenir leur soutien, plus elles refuseront de nous accorder le moindre secours.
  • Accepter leur incrédulité mais nous éloigner d’elles discrètement pour éviter leur influence qui peut troubler notre esprit.
  • Comprendre leurs motivations en repérant les réponses du premier chapitre de l’article précédent sur les éventuels motifs de leur incompréhension.  
  • Ne pas les critiquer car leurs convictions contraires aux nôtres ont une ou plusieurs raisons logiques pour elles.
  • Ne pas les juger car nous avons dû dans notre passé repousser des personnes en désaccord avec notre façon de penser.
  • Leur pardonner car elles obéissent à leur système de valeurs différent du nôtre.

Avec tous ses efforts de discernement de notre part sur nos familles et amis, nous comprenons plus facilement leurs peurs, leurs doutes qui obstruent l’acceptation de notre histoire avec le MPN.

Fournir des informations sur le MPN à notre environnement familial et amical.

Plutôt que de subir le manque de conviction de nos connaissances à notre égard, apprenons-leur toute l’histoire de l’être toxique de manière enrichissante pour eux à travers quelques actions : 

  • Leur faire parvenir des articles à lire sur le MPN pour leur faire connaître son existence, ses différents comportements, son emprise psychologique et émotionnelle sur nous afin de leur ouvrir les yeux sur la cruauté de celui-ci.
  • Leur proposer de réaliser un test sur le MPN sur Internet qui peut faire prendre conscience sur la réalité de notre histoire.
  • Leur transmettre nos photos avant notre rencontre avec le MPN et d’autres clichés après la rupture et leur demander de les comparer. Sauf de mauvaise foi, tous doivent remarquer les changements profonds en nous. 
  • Leur partager le profil de la victime, des témoignages sur YouTube et sur les sites internet pour leur faire comprendre ce que nous avons vécu.

Cette liste n’est pas exhaustive, à nous de la compléter selon ce que l’entourage nous révèle.

Conclusion :

Voilà pourquoi, il est primordial de nous occuper d’abord de notre sécurité, de notre santé émotionnelle et physique et celles de nos enfants en cherchant en premier lieu des appuis d’une assistante sociale, d’une association, des aides thérapeutiques et d’un avocat voire de la Police en cas de plaintes à déposer. 

C’est seulement après que nous faisons de notre mieux pour aider notre entourage à comprendre ce que nous avons vécu. Si l’entourage est réellement de bonne foi, viendra ensuite la réconciliation avec celui-ci.

Débora De Nicolle. Auteur du livre « La victoire de Clarine sur le manipulateur pervers narcissique ». Chaîne You Tube : https://www.youtube.com/channel/UCQmaRLMGiYIrSTbJ4H6mfSQ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*