Gérer le rejet dans notre vie. (2).

Maman canard avec 4 poussins de couleur marron et 1 poussin jaune. Images Apefrance, Open Clipart Vectors.

Nous avons déterminé dans l’article précédent les causes et les conséquences de la blessure de rejet sur notre vie quotidienne si celle-ci n’est pas cicatrisée.

Ci-dessous, nous allons découvrir un rappel de la définition, l’interprétation du rejet, comment le gérer et les remèdes pour nous en remettre rapidement.

Rappel de la définition.

Le rejet est une cicatrice intérieure. Si elle n’est pas refermée, nous rencontrons des situations d’exclusion qui nous font prendre conscience de notre faible estime de soi et un manque de confiance en nous et envers les autres.

Interprétation du rejet.

Notre manière d’interpréter ce qui nous arrive joue un très grand rôle. En effet, c’est elle la responsable qui nous porte préjudice et non pas la rupture par elle-même.

Il faut réaliser que les personnes qui nous refusent dans leur vie ne font que reproduire les échecs relationnels subis dans leur passé. Elles remarquent au premier coup d’œil nos défauts sans prendre le temps de nous connaître et d’identifier nos qualités.

Voilà pourquoi il est primordial de nous poser les bonnes questions lorsque nous venons d’être bannies. La façon dont nous interprétons ce qui nous vient d’arriver est-elle juste ? Ou la personne refuse-t-elle réellement notre présence dans sa vie ?

Une fois ce fait éclairci, tourner rapidement « la page » afin d’aller de l’avant en nous détachant le plus vite possible de cette situation regrettable.

La gestion de l’évènement.

Nous venons d’être rejetées par un ami et nous pleurons. Quel comportement adopter ?

  • Vérifier si le rejet est réel. Parfois, la blessure non cicatrisée nous envoie de mauvais signaux et nous fait percevoir à tort le sentiment d’être exclues.
  • Prendre contact avec lui pour éclaircir la situation. S’il le refuse, cela mérite d’être clair, c’est terminé. Toutefois, nous demander sans culpabiliser, « Quelle responsabilité ai-je dans cet événement ? afin de corriger notre comportement pour éviter à nouveau une situation d’exclusion.  
  • Respecter sa décision sans le culpabiliser ni le dénigrer. Nous aussi, nous avons des qualités mais aussi des défauts. Souvenons-nous que nous avons éloigné des gens de notre environnement et parfois sans ménagement.
  • Ne pas nous replier sur nous-mêmes dans la solitude ou avec des faux amis tels que l’alcool, la drogue, le tabac … mais contacter des confidents pour échanger sur la rupture subie. Si nous sommes complètement seules, nous pouvons appeler SOS AMITIES pour nous confier sur notre mal être.
  • Remplacer la séparation par des activités culturelles, sportives ou spirituelles. Visiter des lieux inconnus pour de nouvelles rencontres afin de nous libérer de nos pensées d’échec sur le rejet vécu. De cette manière, nous allons créer de nouvelles connexions positives dans notre cerveau.
  • Equilibrer nos perceptions en inscrivant sincèrement sur une feuille les inconvénients puis les avantages de ce qui nous arrive. (Oui ils existent). Ensuite, prendre du recul. Nous allons peut-être découvrir que finalement la relation pourrissait notre vie sans même nous apercevoir. En effet, Il est parfois préférable de nous retrouver seules en paix plutôt que de continuer à faire semblant que tout va pour le mieux.
  • Nous libérer du rejet qui « coince », en nous demandant pourquoi nous gardons de la colère, de la tristesse contre la personne qui nous a rejetées ?Les racines de nos frustrations (Voir l’article précédent) ne sont peut-être pas guéries. Pourtant elles doivent être prises en compte pour cicatriser notre être intérieur.
  • Pardonner car garder de la rancune et de l’amertume est un véritable poison pour notre âme, notre cœur, notre esprit et notre corps.Si cela est trop compliqué pour nous, alors posons-nous les questions suivantes : pourquoi avons-nous rejeté telle personne de notre vie ? Qu’a-t-elle ressenti ?En répondant sincèrement à ces deux interrogations, nous admettons sans culpabiliser que nous aussi, nous savons rejeter.

Si malgré l’exercice, nous avons toujours des difficultés à gérer le rejet, il est primordial de demander de l’aide auprès d’un psychologue pour libérer notre parole sur l’anxiété et la dépression causées par les nombreux rejets subis et identifier d’autres blessures non cicatrisées.

Des remèdes pour nous remettre rapidement du rejet.

Être chassées de la vie des autres n’a fait qu’appuyer sur une meurtrissure non refermée. Nous l’avons vu ci-dessus, tout dépend de la façon dont nous réagissons et non pas l’événement lui-même qui nous fait souffrir. Voici quelques conseils pour nous en relever rapidement.

  • Contacter un coach pour lui demander de faire des exercices de renforcement de notre estime de soi.
  • Apprendre à nous aimer selon nos valeurs, nos compétences, nos talents mais également nos défauts. Lorsque nous attendons de l’amour et de la reconnaissance de la part des autres, nous nous attachons, devenons dépendantes affectivement et au moindre dérapage, nous entrons dans la victimisation.
  • Multiplier les rencontres est une bonne manière de pouvoir choisir NOS AMIS ET NON PAS L’INVERSE. Et même si nous sommes évincées, il sera plus facile de le digérer sachant que nous sommes capables de créer de nouvelles connaissances sympathiques.
  • Libérer les pensées qui restent coincées en nous après la relation brisée car les garder dans notre tête et les ressasser attirent systématiquement une nouvelle situation d’exclusion.  
  • Ne pas chercher à comprendre pourquoi nous sommes rejetées. Car c’est la preuve de vouloir tout contrôler mais parfois, il n’y a rien à comprendre
  • Déverser notre colère en écrivant un courrier à la personne qui nous rejette mais SANS LUI ENVOYER est un très bon remède pour retrouver la paix dans notre cœur. Une fois écrit, NE PAS LE RELIRE mais LE BRULER ET JETER LES CENDRES DANS LES TOILETTES. A renouveler si nécessaire.
  • Pardonner car le pardon est libérateur. Il coupe tous les liens avec l’auteur qui nous a éliminé de sa vie pour repartir sur de nouvelles bases et nous reconstruire une vie meilleure. Car à nos yeux de belles complicités s’effondrent mais c’est pour ouvrir la porte aux futures rencontres merveilleuses.

Nous l’avons bien compris, pour gérer une situation de rejet, tout dépend de notre façon de nous comporter. Ainsi, en apprenant à accepter d’être bannies, nous nous tournons inconsciemment vers des relations plus saines avec une arme supplémentaire : notre être intérieur capable de surmonter les souffrances que causent le rejet.

Débora De Nicolle, créatrice de deux méthodes, sur le pardon et l’estime de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*